Acteur

FONGIP

La concertation nationale sur le crédit organisée en 2010 sur le thème de l’accès des PME aux crédits et la loi d’orientation relative à la promotion et au développement des PME ont proposé la création d’un fonds de garantie pour permettre une amélioration significative du financement des PME au Sénégal.

Le financement des Petites et moyennes entreprises (PME), qui représentent 90% du tissu économique du Sénégal, constitue un problème chronique constamment soulevé. Ceci constitue l’un des obstacles majeurs à la croissance économique et au développement du pays. Selon une étude réalisée en 2009 par le ministère chargé des PME, le gap de financement des PME est estimé à environ 500 milliards de francs CFA. L’absence de garanties suffisantes requises par les banques est l’une des principales difficultés d’accès au crédit pour les PME (environ 51% des motifs de rejet des demandes de financement des PME).

Aussi, la concertation nationale sur le crédit organisée en 2010 sur le thème de l’accès des PME aux crédits et la loi d’orientation relative à la promotion et au développement des PME ont-elles proposé la création d’un fonds de garantie pour permettre une amélioration significative du financement des PME au Sénégal.

La création du Fonds de Garantie des Investissements prioritaires (FONGIP) répond à cette préoccupation et a pour objet d’améliorer les conditions de financement des opérateurs économiques intervenant dans les filières prioritaires afin d’accroitre durablement leur productivité. A cet effet, il doit être perçu comme un instrument au service de l’initiative privée et s’intégrer dans le nouveau dispositif articulé autour du Fonds Souverain d’Investissements Stratégiques (FONSIS) et de la Banque dédiée au financement des PME : Banque Nationale de Développement Economique (BNDE). Le FONGIP agira en complémentarité avec ces entités comme un effet de levier pour mobiliser les ressources financières publiques et privées destinées aux PME en apportant un meilleur confort aux institutions financières.   Il constitue par conséquent une innovation et une réponse adaptée en permettant :

  • d’atténuer les risques liés à l’octroi de crédits aux PME par des prêteurs généralement réticents ;
  • de compléter le dispositif d’intervention des institutions financières en faveur des PME ;
  • de bonifier les taux d’intérêts appliqués actuellement par les institutions financières.

Il promeut ainsi la compétitivité d’un éventail plus large d’opérateurs économiques et contribue au renforcement des filières porteuses de croissance.

Secteurs prioritaires

Les secteurs visés prioritairement sont l’agriculture, l’agro-industrie, la pêche, l’aquaculture, le tourisme, le textile, l’habitat social et économique, les technologies de l’information et de la communication, les téléservices, les industries culturelles, l’artisanat, les énergies renouvelables, les infrastructures et le transport.

Missions du fonds

Le Fonds de Garantie des Investissements Prioritaires (FONGIP) a pour mission :

  • d’intervenir dans l’octroi de garanties pour le financement :
  • des porteurs de projets et des groupements d’intérêt économique de femmes ou de jeunes réalisant des investissements dans l’agriculture, l’agro-industrie, la pêche, l’aquaculture, le tourisme, le textile, l’habitat social et économique, les nouvelles technologies de l’information et de la communication, les téléservices, les industries culturelles, l’artisanat, les énergies renouvelables, les infrastructures et le transport, aux fins de création d’entreprises, d’extension d’entreprise et de prise de participation, de rénovation des équipements et de renforcement de fonds de roulement lié à l’investissement ;
  • des petites et moyennes entreprises (PME) et des groupements socioprofessionnels soumissionnaires et attributaires des marchés publics pour le renforcement des secteurs prioritaires ;
  • de bonifier les prêts des institutions financières en faveur des PME, des groupements de femmes et de jeunes dans les secteurs prioritaires en mettant à la disposition les ressources d’appoint, dans le cadre de conventions signées avec elles ;
  • d’assurer le conseil et l’assistance technique en faveur des entreprises bénéficiaires de la garantie du Fonds ;
  • d’entreprendre tout projet de partenariat avec les institutions intervenant dans le domaine de la promotion de l’entreprenariat (sociétés privées de conseil et d’analyses financières, incubateurs, associations, écoles de formation) ;
  • de gérer des fonds de garantie pour le compte des tiers. Bénéficiaires du fonds Les bénéficiaires du Fonds sont : les Pme, les groupements d’intérêt économique de femmes et de jeunes et d’une manière générale, tout porteur de projet ayant trait à une activité créatrice de revenus et d’emplois dans les filières prioritaires visées à l’article 2 et porteuses de croissance ; les Systèmes Financiers Décentralisés au sens de la loi organique n° 2008-47 du 03 septembre 2008 portant réglementation des systèmes financiers décentralisés ; les établissements de crédit au sens de la loi n° 2008-26 du 28 juillet 2008 portant réglementation bancaire.

Bénéficiaires du fonds

Les bénéficiaires du Fonds sont : les Pme, les groupements d’intérêt économique de femmes et de jeunes et d’une manière générale, tout porteur de projet ayant trait à une activité créatrice de revenus et d’emplois dans les filières prioritaires visées à l’article 2 et porteuses de croissance ; les Systèmes Financiers Décentralisés au sens de la loi organique n° 2008-47 du 03 septembre 2008 portant réglementation des systèmes financiers décentralisés ; les établissements de crédit au sens de la loi n° 2008-26 du 28 juillet 2008 portant réglementation bancaire.

Organes du Fonds

Les organes du Fonds sont :

  • le Conseil d’Administration ;
  • le Comité de Garantie et de Bonification ;
  • et l’Administrateur Général.

Dernières actualités

L’Agence de Développement Local  (ADL) a démarré ce jeudi à Ziguinchor une série d’ateliers de re

Après Kaolack, le Conseil départemental de Foundiougne a abrité ce samedi 17 j

Les jeunes porteurs de projets dans le département de Kaolack vont bientôt voir leur rêve se trad

Plan Sénégal Emergent

PSE
L’ambition de l’Etat du Sénégal est de favoriser une croissance économique à fort impact sur le développement humain. Pour ce faire, il s’agira de consolider les acquis, notamment en matière de gouvernance démocratique, et de recentrer les priorités dans la perspective de garantir durablement la stabilité économique, politique et sociale.

Acte III

Acte III
La vision du Chef de l’Etat, qui guide la mise en œuvre de l’Acte III de la décentralisation, est d’« organiser le Sénégal en territoires viables, compétitifs et porteurs de développement durable à l’horizon 2022 ». A cet égard, l’objectif général consiste à élaborer une nouvelle politique nationale de décentralisation qui permet d’asseoir des territoires viables et compétitifs, porteurs d’un développement durable.

ONDDL 

ONDDL
L'observatoire national de la décentralisation et du développement local offre aux différentes parties prenantes au développement local, une plateforme d’échanges, de surveillance et de réflexion multi-acteurs. L’objectif de cet Observatoire est de fournir aux différents acteurs, un véritable outil d’aide à la décision, à l’élaboration, à la mise en œuvre, ainsi qu’à l’évaluation et à la capitalisation des projets et programmes porteurs de croissance économique et de développement local.

République du Sénégal

Coat
Le Sénégal se situe à l'avancée la plus occidentale du continent africain dans l'Océan Atlantique, au confluent de l'Europe, de l'Afrique et des Amériques, et à un carrefour de grandes routes maritimes et aériennes.